Recherche

Ding Ding d'Art

La culture qui fait ding ding !

Catégorie

Expo

Le Musée Maurice Denis, la demeure des Nabis

Autrefois demeure du peintre appelée le Prieuré, le musée Maurice Denis a ouvert au public en 1980 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Des peintres symbolistes et nabis aux post-impressionnistes et au groupe de Pont-Avent, le visiteur découvre une collection originale, aux origines de l’art moderne.

Méconnu du grand public, Maurice Denis est pourtant un peintre avant-gardiste.  Alors âgé de 20 ans, il énonce en 1890 cette formule qui restera célèbre: « Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue, ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées. » Cependant, l’essentiel de son oeuvre semble démontrer le contraire. Surnommé le « nabi aux belles icônes », il est aujourd’hui célébré aux côtés de Vuillard et de Bonnard comme l’un des plus importants peintres nabis, l’un des initiateurs du mouvement et son brillant théoricien.

Lire la suite

Publicités

Musée d’Agen, ça vous va bien !

Le musée des Beaux-Arts d’Agen est un des musées les plus importants du Sud-Ouest par sa richesse et sa diversité. En vacances dans la région, j’ai eu la chance de le visiter. Un beau musée que je vous présente ici. Lire la suite

‘Irak: créer malgré tout’

Jusqu’au 28 août 2016, le Musée de la Cour d’Or de Metz accueille l’exposition ‘Irak: créer malgré tout‘, l’occasion pour les visiteurs de découvrir l’oeuvre d’artistes irakiens contemporains. Leurs peintures, sculptures, gravures, dessins et photographies témoignent de la vivacité de la création artistique dans ce pays malgré la censure de Saddam Hussein, la guerre de 2003, la poussée de Daesh et les désordres actuels…

« La création peut être une forme de résistance intérieure. »

Lire la suite

Chroniques sévillanes [4]: Le Centre Andalou d’Art Contemporain

Dans cette quatrième et dernière chronique sévillane, je vous propose de découvrir le Centre Andalou d’Art Contemporain (CAAC), ses riches collections et son bâtiment éclectique.

Le siège du Centre Andalou d’Art Contemporain se situe dans le Monastère de la Cartuja (la Chartreuse) de Santa María de las Cuevas de Sevilla, sur la rive droite fertile du Guadalquivir. Il fut édifié au XIIIe siècle par les franciscains en l’honneur de la Vierge de las Cuevas qui, selon la légende, serait apparue à cet emplacement. Converti en Lire la suite

Chroniques sévillanes [3]: La Fundación Tres Culturas

Une autre fondation, un autre bâtiment mais surtout une autre merveille pour ces troisièmes chroniques sévillanes: La Fundación Tres Culturas del Mediterráneo (La Fondation Trois Cultures de la Méditerranée). Lire la suite

Chroniques sévillanes [2] : Le Centre Velázquez

Dans ces deuxièmes chroniques, je vous présente le Centre de Recherche Diego Velázquez de la Fondation Focus-AbengoaLE petit bijou de mon séjour sévillan.

L’acquisition du tableau Santa Rufina de Diego Velázquez en 2007 par la Fondation Focus-Abengoa pour la municipalité de Séville marque la création du Centro de Investigación Diego Velázquez (Centre de Recherche Diego Velázquez). En effet, très peu visibles à Séville, il fallait trouver un lieu pour chercher et promouvoir l’oeuvre du peintre sévillan ainsi que ses inspirations et son héritage. Lire la suite

Chroniques sévillanes [1] : le musée des Beaux-Arts et ses alentours

« Quien no ha visto Sevilla, no ha visto maravilla »

« Qui n’a jamais vu Séville n’a jamais vu de merveille », dit un célèbre dicton espagnol. Dressée sur les rives du Guadalquivir, Séville hérite son histoire prestigieuse et métissée (ville romaine, cité musulmane puis chrétienne, centre culturel et économique du Siècle d’Or…) et sa situation de port de commerce prospère vers les Amériques. Elle abrite un ensemble passionnant de monuments inscrits au patrimoine de l’humanité (la Giralda, sa cathédrale ; les Reales Alcázares ; les Archives Générales des Indes) et des quartiers pittoresques. Néanmoins, je vous invite dans cette série de chroniques sévillanes à découvrir quelques trésors plus secrets de la ville. En effet, mon quatrième séjour dans la capitale andalouse m’a permis de découvrir la ville plus intimement.

∴∴∴

Commençons alors par les merveilles dont regorge le Museo de las Bellas Artes (Musée des Beaux Arts).  Lire la suite

Quand le basketball inspire les artistes

Mardi soir débutera la saison 2015-2016 de NBA (National Basketball Association), le championnat américain de basketball. Voici donc l’occasion pour moi de vous présenter ma deuxième passion: le basketball, un sport peu présent dans les arts mais qui a tout de même inspiré quelques créations… Lire la suite

Las SINSOMBRERO : ces femmes de la Generación del 27

A la fin des années 1920, se forme en Espagne, un groupe d’intellectuels et d’artistes qui marqueront à jamais la culture espagnole: la Generación del 27.

Federico García Lorca, Salvador Dalí, Luis Buñuel ou encore Rafael Alberti font partie de ses membres les plus célèbres. Alors que ces noms masculins résonnent, ceux de leurs camarades féminines nous sont inconnus.

Aujourd’hui, le projet espagnol  LAS SINSOMBRERO (les sans-chapeau) a pour objectif de transmettre l’héritage de ces femmes oubliées de la première moitié du XXe siècle en Espagne car « leur œuvre et leur actions sont fondamentales pour comprendre la culture et l’histoire d’un pays qui ne les a jamais revendiquées ». Voici donc un aperçu du webdoc qui leur est consacré.

Lire la suite

« Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir »

Lire la suite

Beauté Congo 1926-2015 Congo Kitoko: vraiment Kitoko !

Depuis le 11 juillet 2015, la FondationCartier pour l’art contemporain dévoile une scène très peu connue du grand public: l’art congolais. Des précurseurs à la jeune génération, on y découvre les beautés du Congo.

Lire la suite

Quetzalcoatl: quésaco ?

Il y a tout juste un an, lors d’une balade dans les ruelles d’Angoulême (vous savez, la ville du fameux festival international de la BD), j’ai fait par hasard une étonnante découverte.

Alors que je prenais quelques photos, mon attention s’est fixée sur une tête de dragon peinte sur une façade. Dans ce petit carré, on pouvait lire : « Perdido en la grande Babylon ». Cela me rappelait quelque chose mais impossible de savoir quoi !

J’ai donc poursuivi ma promenade dans les petites rues ombragées. Encore un dragon. Cette fois-ci jaune, sans inscription. Puis un troisième, un rouge sur fond bleu avec le slogan : « Hasta la utopia siempre ». Un quatrième, un cinquième, un sixième… Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑