Jusqu’au 28 août 2016, le Musée de la Cour d’Or de Metz accueille l’exposition ‘Irak: créer malgré tout‘, l’occasion pour les visiteurs de découvrir l’oeuvre d’artistes irakiens contemporains. Leurs peintures, sculptures, gravures, dessins et photographies témoignent de la vivacité de la création artistique dans ce pays malgré la censure de Saddam Hussein, la guerre de 2003, la poussée de Daesh et les désordres actuels…

« La création peut être une forme de résistance intérieure. »

En 2001, au cours d’un reportage en Irak pour Arte, le journaliste Dominique Hennequin avait promis à des artistes irakiens de les exposer un jour en France: promesse tenue ! Avec Philippe Brunella, directeur du musée de la Cour d’Or de Metz et Qasim Sabti, président de la société des artistes irakiens, ils ont sélectionné des oeuvres de 26 artistes irakiens que l’on retrouve aujourd’hui dans ‘Irak, créer malgré tout‘. Car aujourd’hui en Irak, il est devenu presque impossible d’être artiste et le marché de l’art a disparu. En effet, Qasim Sabti explique dans ce reportage d’Arte qu’ « avant à Bagdag, on avait plus de vingts galeries privées et que maintenant on en a plus qu’une: et c’est la [sienne] ».

illustration-irak-creer-malgre-tout_1-1461231644

J’ai adoré les sculptures de Alwan Alwani et particulièrement l’Homme au bateau et l’Homme au cheval. Dans son atelier situé au coeur de la palmeraie de Bagdad, il travaille le bronze selon les techniques traditionnelles.

Collage_Fotor
Alwan Alwani, Homme au bateau / Homme au cheval

 

Les photos de Lateef Al Ani montrent l’Irak de 1960 à 1965. Dans les années 1960, entre la chute de la monarchie et l’avènement du parti Baas, l’Irak connait une relative stabilité que la mémoire collective regrette aujourd’hui. Lateef Al Ani a travaillé pour l’Iraqi Petroleum Company : il parcourait le pays pour illustrer le magazine de l’entreprise. « Je photographiais tout: les champs, les écoles, les usines. Je voulais fixer la vie de mon pays sur la pellicule. »

 

J’ai aussi aimé les collages de Qasim Alsabti et les couleurs et objets présents dans les céramiques de Maher Samarae.

collages
collages de Qasim Alsabti

 

L’exposition ‘Irak: créer malgré tout‘ met ainsi en lumière des artistes que le contexte de leur pays maintient dans l’ombre.  L’opportunité d’admirer l’art contemporain irakien actuel est rare alors … saisissez-la ! 

 


‘Irak: créer malgré tout’
Musée de la Cour d’Or, Metz
Pour aller plus loin: Arte consacre un dossier à l’expo.

Publicités