Une autre fondation, un autre bâtiment mais surtout une autre merveille pour ces troisièmes chroniques sévillanes: La Fundación Tres Culturas del Mediterráneo (La Fondation Trois Cultures de la Méditerranée).

∴∴∴

Le siège de la Fundación Tres Culturas se situe dans l’ancien pavillon du Maroc de l’exposition universelle de 1992 qui a eu lieu à Séville. Il a été conçu par l’architecte français Michel Pinseau qui a notamment dessiné la Mosquée Hassan II de Casablanca. 350  artisans marocains se sont rendus à Séville pour orner les gros-oeuvres réalisés par BYMARO (filiale du groupe Bouygues) et ainsi promouvoir le savoir-faire de l’artisanat marocain. Le pavillon devait également témoigner de la continuité entre tradition et modernité en mariant par exemple le verre fumé et l’aluminium avec les tuiles vertes, les zelliges (carrelages) et les colonnes de marbre.

Bâti en forme d’étoile, chacune de ses branches est habillée par une fontaine majestueuse en azulejos de différents bleus. L’intérieur de l’édifice abrite une merveille architecturale: un patio central qui se tient sous une Koubba coulissante (sorte de coupole). Visitez virtuellement la Fondation en cliquant ici.

sede F3C_Fotor

 

La Fundación Tres Culturas accueille jusqu’au 12 juin l’exposition photo « The Continuity of Man » (La continuité de l’homme), en collaboration avec le Centre Andalou de Photographie. Elle présentait le parcours du photographe belge Nick Hannes pendant ces cinq dernières années à travers les pays méditerranéens. Berceau de la civilisation et des trois monothéismes, interface entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie, la Méditerranée est une région à la fois une et diverse. Ce sont ces points communs et ces différences que Nick Hannes a voulu mettre en valeur dans ses photographies: tourisme, urbanisation, migration, guerre sont quelques uns de ses thèmes qui y apparaissent. Les clichés sont tantôt sérieux et émouvants, tantôt plus légers et ironiques. (Possibilité d’en découvrir plus ici ou ).

« Dans mes photographies, j’essaye de capturer les paradoxes de cette région et l’esprit de son temps. La région méditerranéenne a plusieurs visages. J’espère que ces images peuvent aider à mettre les choses en perspective. » (Nick Hannes)

Hannes 1
Saint Tropez, France – Istanbul, Turquie – Gaza – Rio, Grèce
Hannes 2
Gaza – La Linea, Espagne – Ibiza, Espagne – Pamukkale, Turquie

 

Je m’étais rendue à la Fundación Tres Culturas pour assister au concert de la chanteuse jordanienne Farah Siraj. Nommée ‘Ambassadrice musicale’ de son pays, elle s’est formée au Moyen-Orient mais aussi aux Etats-Unis et en Europe: elle a notamment séjourné à Séville pour apprendre la technique du chant Flamenco. On retrouve toutes ces influences dans son chant très métissé: jazz, flamenco, bossa, pop, avec des paroles en arabe, espagnol et anglais. Impliquée dans la défense des réfugiés, elle s’est produite à de nombreuses reprises sur les scènes des institutions internationales.

« Le Flamenco et la musique arabe ont beaucoup en commun, en particulier le sens. » (Farah Siraj)

Accompagnées de ses musiciens (Andreas Arnold, Andres Rotmistrovsky, et Marcelo Woloski), elle a raconté des histoires variées. Dejame entrar (Laisse-moi entrer) expose notamment la situation des réfugiés. Elle a aussi chanté pour la première fois en Espagne un poème soufi et nous a présenté son titre Zariya qui est arrivé 1e du Hit Parade en Inde bien que les paroles soient en arabe. J’ai aussi découvert une autre interprétation de Layla dont je connaissais une version de Bachar Mar-Khalifé [voir archive : Ça me dit jazz, je dis jazz ! ]. Un concert émouvant !

 

Merci à Abdelali pour l’invitation et à tous ses amis pour cette agréable soirée ! 

 

 

Publicités